info@kalithea-hills.com+30 694 0908615, +33 (0)628582232

Mon âme appartient à la Grèce

A’ PROPOS

Je m’appelle Maria Stella Del Priore (Stella pour beaucoup) et je suis née dans le hélas lointain 1966. Je ne suis pas grecque (encore, peut-être un jour ?) : je suis italienne et même française, naturalisée par mariage il y a désormais un quart de siècle.

Aux temps du lycée, n’ayant pas encore visité cette terre merveilleuse, j’aurais voulu que ce soit la mienne. Plein de vacances, des nombreux amis (et quelque boy-friend) … et toujours le cœur qui me battait quand j’endentais quelqu’un parler grec dans la foule… Un jour, en achetant un hot dog dans un food truck aux abords de Central Park et j’ai entendu le caissier compter les dollars en grec : je n’oublierai jamais l’émotion que j’éprouva et ce fut parce que il était grec et non pas italien ni français…

A la veille de mes 50 ans enfin l’accomplissement du rêve : la construction de notre maison ici à Rhodes. A vrai dire je rêvais une maison de village, pas loin de la mer, pour dire « Kaliméra ! » aux voisins, sortir et rentrer de chez eux sans avoir à les prévenir, comme eux chez moi. La vraie Grèce en somme, celle où l’on va t’offrir un jerrican avec de l’huile de ses oliviers, des fruits au sirop préparés par la grand-mère, un sachet en plastique avec le premières nèfles récoltées…

Mon époux au contraire, rêvait d’une vue mer, d’une piscine, de nature… Ainsi vit le jour cette maison, que j’aime tellement que en la fermant pour l’hiver j’en pleure littéralement. Nous avions commencé à la louer pour que elle ne pèse pas sur le budget familial et cela ne me dérangeait pas, il m’était même agréable d’aider mes invites à y être heureux.

Puis un jour, dans le Vieux Koskinou (ou j’ai toujours rêvé d’habiter, VIDEO), j’ai remarqué un petit immeuble dans la plus typique ruelle : ce fut le coup de foudre. Mon mari accepte de m’accompagner dans le projet d’y créer des appartements pour vacances, pour les occuper avec nos enfants et futurs petits enfants quand nous serons trop âgés pour cette maison, ou bien pour les louer. Et puis, au fond, quelle meilleure opportunité que celle de commencer un nouveau projet ici afin de devoir y rester tout l’hiver ?

Du coup j’ai quitté mon activité en France pour en commencer une ici. Plus qu’une activité il s’agit de l’accomplissement d’une mission : en louant mes maisons j’essaie d’aider mes invités à y passer des vacances heureuses, et pour ceux qui le désirent en leur faisant découvrir le vrai visage de cette terre et de ces gens auxquels mon âme appartient.  D’ailleurs, si vous ne la connaissez pas je vous invite à regarder cette vidéo (avec une bonne acoustique SVP):